Blogue Axel Evigiran

Blogue Axel Evigiran
La dispersion est, dit-on, l'ennemi des choses bien faites. Et quoi ? Dans ce monde de la spécialisation extrême, de l'utilitaire et du mesurable à outrance y aurait-il quelque mal à se perdre dans les labyrinthes de l'esprit dilettante ?


A la vérité, rien n’est plus savoureux que de muser parmi les sables du farniente, sans autre esprit que la propension au butinage, la légèreté sans objet prédéterminé.

Broutilles essentielles. Ratages propices aux heures languides...


6 févr. 2018

Le monde comme il va... Lorenzaccio



Lorenzaccio, à Philippe Strozzi, parlant des florentins, ennemis du tyran qu'il vient d'assassiner :

« Je ne les méprise point, je les connais. Je suis très persuadé  qu'il y en a très peu de très méchants, beaucoup de lâches, et un grand nombre d’indifférents. Il y en a aussi de féroces (…) qui ont trouvé  dans cette affaire une petite occasion d’égorger tous leurs chanceliers en plein midi, au milieu des rues ».  

1 févr. 2018

Dans le jardin… Une causerie entre amis

Du jardin planétaire au petit lopin de terre ou poussent des herbes folles… Le ton d’une causerie entre amis. Docte mais sans prétentions. Avec la nature à chaque page ; la poésie du verbe…
Déambulations parmi les mondes éphémères.

« Le mot jardin vient de Garten qui veut dire enclos. Il s’agit bien d’un enclos comme pour le parc, mais celui-ci jouit d’un statut privilégié (…) Le jardin est toujours immense car il porte la dimension du rêve… »
Une immensité parfois microscopique, égarée dans les limbes de nos cosmos ou de nos chaos. La personnalité des lieux dévoilent une intimité ; cet ordre teinté de douce folie.


Un précieux cadeau. 


Dans la vallée, biodiversité, art et paysage…

Gilles Clément est paysagiste, écrivain et jardinier…
Gilles A. Tiberghien est philosophe

« … ce paysage existe en tant qu’objet, sa matière existe. Quand nous inventons le mot « paysage », nous commençons à l’étudier en tant qu’objet mis à distance ».

Dans le jardin...


A Templeuve...

22 janv. 2018

Au Château d'Aguilar

Château d'Aguilar (photo par Axel)
Dans la rubrique pérégrinations, images de châteaux, de cités décimées, et autres lieux chargés de magie où s’est posé mon objectif…

C’était en 2009, par une après-midi d’août, en cette terre du pays cathare, que nous nous retrouvâmes seuls parmi les ruines du château d’Aguilar. La vie bruissait dans la garrigue.


A l’ombre des vielles pierres, nous imaginions d’autres temps… Au loin, la vie ordinaire suivait son cours – une relativité du temps perçu… 


1 - Ancienne entrée extérieure : Vestiges d’une porte ouverte sur un mur perpendiculaire aux courtines méridionales. (ce mur est actuellement en contre bas du chemin d’accès)

2 - La Chapelle Sainte-Anne : La nef de cette chapelle, relativement conservée, est voûté en berceau et éclairée par deux fenêtres ébrasées. Un texte de 1272 fait état d’ornements reçus pour cette chapelle mais c’est plus tard qu’elle dut être dédiée à Saint-Anne, cette sainte ne figurant au calendrier que depuis 1382.

3 - La Barbacane: C’était une défense extérieure de la porte.
Château d'Aguilar (photo par Axel)

4 - Entrée de la première enceinte (fin XIIIe, début XIVe siècle) : L’arc de la porte a disparu. Les piédroits sont percés de deux trous où coulissaient les barres destinées à assujettir les deux vantaux. Sur la gauche se trouve un porte-voix.

5 - La Guérite : Cet abri permettait de défendre l’entrée du château.

6 - Des escaliers accédaient aux courtines nord-est et sud-ouest. Ce dispositif visait à tronçonner la défense en secteurs isolés les uns des autres.

7 - Les Lices : Elles desservaient de plain-pied les tours, la poterne et les bâtiments adossés à l’enceinte.

8 - Vestiges de bâtiments : Ils devaient servir de communs et de magasins.

9 - La Poterne : Sortie secondaire dotée d’une ban coulissante qui bloquait le vantail en bois (un trou de barre est encore visible dans les montants). Juste au dessus de la voûte, on peut observer l’assommoir qui défendait l’entrée. En repartant on aperçoit l’ancienne carrière d’où étaient extraites les pierres nécessaires à la construction

10 - La grosse tour : La tour nord-ouest, plus grand que les autres, possédait cinq meurtrières au niveau inférieur et quatre au niveau supérieur. Cette tour comme les autres est semi-circulaire et ouverte à I gorge, c’est à dire sans mur intérieur pour faciliter s défense.

11 - La rampe d’accès : Elle conduisait à l’entrée de I construction primitive (deuxième enceinte).

12 - Entrée de la deuxième enceinte (XIIe siècle) On accède par la rampe précitée à une porte qui conduit à une cour entourée d’un mur qui va s’élevant et s’épaississant à mesure que l’on se dirige vers l’orient, est bâti à pans coupés sur cette face pour offrir un meilleure résistance aux attaques et suivre les contours du rocher.

13 - Le logis : Il se composait de deux salles superposées. La salle basse était défendue, en même temps qu’elle était éclairée, par cinq archères remarquables par leurs embrasures intérieures couvert en plein-cintre, assez rares dans la région.

14 - La Tour carrée : elle possédait au moins trois salles voûtées, dont l’inférieure abrite la citerne.

15 - La cave : cette construction couverte d’une voûte est en grès rougeâtre.

Château d'Aguilar (photo par Axel)